70 ans d'histoire

Depuis près de 70 ans, le Télégramme a tissé une extraordinaire aventure humaine et industrielle, faisant de ce journal ambitieux et indépendant l’un des plus performants de la presse quotidienne française et le socle d’un grand groupe multimédia, armé pour faire face aux prochains défis.

19440
19681
1980
1990
2
19963
20044
20075
20096
20147

1944 - Création du Télégramme de Brest et de l’Ouest

Repliée à Morlaix en 1941, pour se protéger des bombardements qui allaient raser Brest, La Dépêche de Brest cède la place le 18 septembre 1944 au Télégramme de Brest et de l’Ouest, journal d’information généraliste, fidèle à son héritage républicain et laïc.

1968 - L’arrivée de la couleur

Le 25 avril 1968 est imprimée, au prix de prouesses techniques, la première photo en couleur qui fait du Télégramme un pionnier européen en la matière. Par la suite, la quadrichromie gagne peu à peu toutes les séquences du journal ; elle est présente aujourd’hui dans plus des deux tiers de ses 60 à 80 pages quotidiennes.

1980 - 1990 - la diversification

A la fin des années 80, avec 550 salariés dont 130 journalistes et une diffusion supérieure à 176.000 exemplaires, Le Télégramme poursuit opiniâtrement sa progression. Ces années marquent le début d’une diversification de l’offre sous la forme de suppléments : un hebdomadaire gratuit, Télé-hebdo, combinant programmes TV et annonces classées, un « Télé loisirs et modes » le mercredi, un supplément Sports le lundi et un supplément dédié aux programmes TV le samedi. Porté par la libéralisation des ondes, le journal a lancé sa radio privée, Radiogram, qui émettra pendant plusieurs années. Par ailleurs, le lecteur accède à divers services télématiques par l’intermédiaire du minitel. En 1985, Le Télégramme se présente déjà comme une entreprise multimédia.

1996 - La tornade internet

Internet a fait une entrée fracassante dans le monde de l’information. Cette fois encore, Le Télégramme est pionnier. En avril 1996, il est l’un des tout premiers quotidiens français à « mettre en ligne » toutes les nuits son contenu intégral. En 2001-2002 la « bulle internet » éclate, et le groupe se concentre sur des secteurs rentables comme les annonces d’emploi avec une prise de participation dans une start up pleine d’avenir : RegionsJob.com. Le site du Télégramme reste également parmi les plus consultés dans son domaine.

2004 - Pen Duick et la Route du Rhum

La mer a toujours été présente dans l’univers du journal. Ses informations font référence dans les milieux de la voile et de la course au large. En 2004, le Télégramme crée l’événement en rachetant la société Pen Duick et la mythique « Route du Rhum », et investit dans Rivacom, agence de communication hors média.

2007 - Une ambition sans frontières

Les nombreuses filiales du Groupe Télégramme – holding qui s’est constituée en 2007 afin de renforcer et de sécuriser l’assise financière de l’entreprise – dépassent les frontières bretonnes : Studio T, devenu aujourd’hui Phileas, a pris une dimension nationale ; en 2007 RegionsJob, dans lequel le Groupe est devenu majoritaire, a pris d’assaut l’Ile-de-France ; et vingt-deux éditions du mensuel économique dédié aux PME-PMI, le Journal des Entreprises, quadrillent l’hexagone.
Le Groupe Télégramme est désormais une entité qui compte près de 1000 salariés et près de 300 journalistes pour un chiffre d’affaires de 130 millions d’euros.

2009 - Un journal, des médias

En janvier 2009, une nouvelle version du site internet est mise en ligne. Mais déjà l’on réfléchit à de prochaines évolutions ; un projet de télévision locale TNT est en chantier sur l’ouest de la Bretagne avec Tébéo.

2014 - Aujourd’hui

En 2012, la filiale C2G de Morgane Groupe entre dans le périmètre du Groupe Télégramme. Le Groupe amorce ainsi une nouvelle diversification autour des métiers de la musique (production d’événements et de spectacles, production musicale et communication événementielle), avec notamment le prestigieux festival des Francofolies de la Rochelle.

Le Printemps de Bourges, Télé Bretagne Sud et Yellowcake sont venus renforcer en 2013 les expertises du groupe, respectivement dans la télévision locale et la communication digitale.

En 2014, le Groupe Télégramme franchit une nouvelle étape, cette fois-ci à l’international, avec une prise de participation majoritaire dans le groupe OC Sport. OC Sport est un groupe international spécialisé dans le marketing et l'événementiel sportif, tant dans la voile professionnelle (Extreme Sailing Series, The Transat, Barcelona World Race, Artemis Offshore Academy, le projet Dongfeng Race Team …) que dans les sports outdoor, notamment le cyclisme amateur (Haute Route Alpes, Haute Route Pyrénées,...) et le running (Genève Marathon for Unicef, Marathon des Alpes-Maritimes Nice-Cannes ...).
OC Sport est impliqué dans 36 événements en 2014, dans 15 pays et 4 continents, soit plus de 200 jours de compétition.